Décès de Georges Labazée

Communiqué de l’Andass (association nationale des directeurs d’action sociale et de santé)

La disparition ce jour de Georges Labazée, vice-président du Conseil national de la protection de l’enfance affecte tant les défenseurs des territoires que ceux des enfants fragilisés.

Sa longue carrière d’élu lui a permis d’exercer tous les mandats locaux, de la commune, du département et de la région dans le sud-ouest qui l’a vu naître. Il a dirigé l’exécutif du Département des Pyrénées-Atlantiques pendant quelques années. Ses mandats de député et de sénateur lui ont permis d’assumer des responsabilités nationales.

La présidence du Conseil supérieur de l’adoption l’a amené à s’intéresser de près aux questions de l’adoption internationale alors en plein développement et déjà d’en percevoir les zones grises liées à une éthique incertaine.

L’ANDASS tient à saluer particulièrement son action dans la dernière période. Il s’est vu confier par le Gouvernement la vice-présidence du Conseil national de la protection de l’enfance (CNPE) alors perturbé dans son fonctionnement et menacé dans son existence. Son expérience, son caractère ouvert au dialogue et aux échanges, son respect permanent de toutes les opinions donnent une nouvelle dynamique à cette institution et fédèrent les énergies. Malgré la pandémie qui bouscule les calendriers, se succèdent, des missions de confiance confiées par Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge des enfants et de la famille, tables rondes qui touchent un très large public, déplacements en délégation dans les territoires où les rencontres  avec les services de l’État et ceux des départements sont plus que fructueuses, avis sans concession sur les projets de loi ou de décret concernant les enfants qu’ils soient victimes de violences sexuelles ou sans autorité parentale sur le territoire national pour garantir leur intérêt supérieur. Le CNPE acquiert une nouvelle audience auprès du Parlement où ses avis éclairent les textes en discussion (jeunes majeurs, majorité sexuelle, violences éducatives ordinaires, adoption, gouvernance).

Il ne verra pas entrer en vigueur le nouveau dispositif de gouvernance de la protection de l’enfance auquel il a œuvré, ni ne remettra le rapport presque finalisé sur les convergences territoriales. Son combat nourri par sa profonde conviction que la protection de l’enfance est un objet de politique locale porté par les services publics de tous horizons sera poursuivi par tous ceux qui partageaient son engagement.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Copyright © ANDASS, tous droits réservés – Réalisation par l’agence SEO Toulouse Silgoweb.

Contactez-nous

Envoyez-nous un message, nous reviendrons vers vous rapidement.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?